jeudi 23 février

Après deux jours à Lagodeki, qui leur ont permis de se requinquer (merci à la tchatcha !) et de préparer la suite du voyage, ils sont partis aujourd’hui pour une dizaine de jours en autonomie sous tente entre 2000 et 3000 m, qui seront ponctués d’un stop dans la guest house d’Omalo, où les attend un dépôt de nourriture.

Ils ont récupéré de nouveaux vélos, qui vont leur servir aujourd’hui à effectuer la trentaine de km que les séparent de la neige.

Les jours précédents, Jean-René a cassé un ski, et il a donc pioché dans la paire de rechange qui suit dans le véhicule d’assistance. Leur partenaire Dynafit leur fait parvenir un ski neuf, qui arrivera … quand il arrivera !

Il est plus que probable que nous n’aurons aucun contact avec eux pendant tout ce temps, en dehors des balises spot qu’ils nous enverront, et qui nous permettront de les situer.

En attendant, voici un poème relevé par Laurent. Les Azéris disent que leur pays est celui du feu ; ce poème lui rend hommage.

Avant que mes doigts ne gèlent

Si vous saviez braves gens
Depuis l’enfance
Le feu brûlant qui en me consumant
Brûle sans retour la vide itinérance
M’évite le pire mais sans trop d’indulgence

Si vous saviez braves gens
Les nuits passées
Sous la toile déchirée au cœur des tempêtes
A ne faire que rire de leur pauvres cris de bêtes
L’oxygène manquant le feu me rassurant
Toujours là présent comme un trop vieil amant

Il voudrait me laisser je voudrais le quitter
Tant il m’a consumé et souvent épuisé
Se prenant pour gaieté me laissant partagé

Ah si vous saviez braves gens
Le feu brûlant qui va me consumant

Les nuits rêvées sous le manteau immense
Des étoiles inconnues qui provoquent la transe
Avec comme certitude le feu son habitude
Et de mes lendemains l’étrange incertitude

Des lendemains chantants
Ou la pluie de l’ouragan
rien
Ne peut effacer cette flamme des années

J’ai bâti la maison essayé la raison
Le froid a pénétré dans mes pieds abîmés
Enfanté nourrissons et tenté la moisson
Le froid a pénétré je ne veux pas geler
Où est passé le feu cet amant bien trop vieux ?

Aussi quand d’aventure
Je dois repartir pour ne pas lui mentir
Je le fais car je crois sans doute
A la route de mon feu à la flamme qui veut
Que je lui écrive « je t’aime »
Avant que mes doigts ne gèlent

……….

Même si les prochains jours seront sans nouvelles, continuez quand même à venir ici !
Ils ont réalisé quelques vidéos que je vous distillerai au fur et à mesure 😉

En bonus, la bande annonce !

 

Enfin, un numéro de la très bonne émission du Dessous des Cartes, consacré au Caucase, diffusée sur Arte le 28 janvier 2017, juste avant leur départ :
http://ddc.arte.tv/emission/caucase-du-nord-le-talon-d-achille-de-la-russie