jeudi 6 avril

Betty est arrivée en Russie, et nous a envoyé ce texte dès son arrivée.

Betty portrait

Atterrissage à Mineralny Vody , aéroport le plus proche de l’Elbruz, hier au soir 23h30. J’ai la jambe en vrac, bien fatiguée. Pas de chariot, et en fait il faut sortir de l’aérogare avec ses bagages. Vélo et sac de voyage, pas simple pour moi. Je sors et Hussein est là, avec un joli panneau « Betty ». On monte dans une jolie BMW ancienne, dont le pare-brise est bien fissuré, mais un vrai petit bolide…

Hussein parle uniquement le russe, donc pas beaucoup d’échanges. On part et je comprends qu’il m’emmène à Treskol, un petit bourg au pied de l’Elbruz. Pas moyen de savoir combien de temps cela va durer. Je m’endors et me réveille dans une ville bien éclairée. Il n’y a pas un chat à part une femme qui attend.

En fait, c’est nous qu’elle attend. On s’arrête, elle me demande mes papiers, et me donne une attestation de lieu de vie … enfin je crois. Et on repart. Hussein conduit très bien et vite… sur cette route de montagne, mais il la connaît bien et on arrive enfin vers 2h00 à Treskol et à l’hôtel.

Je me réveille vers 9h00 et hop au petit déj. Thé noir, œufs, fromage du pays et pain. Je me suis assise à une grande table, et quelques minutes plus tard le staff du restaurant vient manger avec moi. Je comprends quelques mots par-ci par-là.

Je suis de retour dans cette aventure et j’en suis profondément heureuse. Je suis venue avec un vélo, et l’objectif est de m’en servir dans la vallée. J’ai beau me remettre super bien, puisque je marche, mais les instructions du chirurgien sont très claires : progressivement ! 

J’ai quitté le sol géorgien le 1er mars, et mon retour sur le sol russe se fait le 5 avril… Il me reste un mois pour découvrir ce bout de Russie à vélo, et à suivre le groupe en profitant de la voiture qui transporte nos bagages…

 

Quelques photos Treskol et de son hôtel :

IMG-20170406-WA0004IMG-20170406-WA0003IMG-20170406-WA0002IMG-20170406-WA0001IMG-20170406-WA0000


SCOOP !!!

Viennent de tomber sur nos téléscripteurs bitranscodeurs de dernière génération quelques vidéos qui ont réussi à traverser l’espace profond, pour se retrouver piégés par nos récepteurs ultra-sensibles. Bref, on se prend à rêver à une liaison redevenue normale. On verra si elle tient le coup…

Celle-ci date du 25 mars, alors que l’équipe montait en direction du Koshtan Camp 3 :

 

Deux jours plus tard (le 27 donc, pour ceux qui ont du mal à suivre), nos vedettes donnaient une longue interview à un journaliste de l’agence Tass, la principale agence de presse de Russie :

 

Et, cerise sur la gâteau, quelques vues de je ne sais où je ne sais quand (vous vous plaindrez auprès d’Eric…) :

 

C’est quand même beau, non ?