samedi 11 février

Alors, comment s’est donc passé ce fameux rendez-vous au ministère de l’écologie, hier vendredi ?

D’abord, ils tuent le temps et profitent de la matinée pour se balader dans le vieux Bakou (qui sait, avec un peu de chance, il n’y reviendront peut-être pas …. ???).

A 14h00, ils préparent leurs sacs, puis se rendent au ministère. Ils y retrouvent Gamart, une jeune azérie qui travaille à l’ambassade de France, et qui s’est proposée comme traductrice. C’est vrai qu’il vaut mieux assurer, pour éviter de retomber dans les ambiguïtés ou les incompréhensions.

Les alentours du ministère de l’écologie

img-20170210-wa0009
Devant le ministère

Quand elle appelle la personne que le groupe doit rencontrer, personne ne répond… La tension monte un peu, mais enfin elle arrive à le joindre. Par contre, il ne veut recevoir qu’une seule personne du groupe. Il est décidé que ce sera Jean-René, cependant ils arrivent à négocier qu’il soit accompagné d’Alexei.

Pendant que se déroule l’entretien, le reste du groupe va boire un thé.

img-20170210-wa0015
Pas simple la vie du Traverseur en Azerbaïdjan … Lequel choisir ?

Mais Jean-René et Alexei ressortent rapidement du ministère. L’entretien aura été très court. Bon ou mauvais signe ?

En fait, à proximité d’Oguz se trouve un parc national dans lequel il est interdit de pénétrer. Ils repartent avec un contact à Oguz qui doit pouvoir leur donner les limites exactes de ce parc, afin de faire les choses dans les règles. Hormis cela, ils ont toute latitude pour aller en montagne. Bonne nouvelle !

Ils enchaînent donc en voiture pour le bourg de Gabala, à l’est d’Oguz, et y arrivent à 23h15 HL.

Leur hôtel à Gabala

Ce samedi, ils doivent rallier Oguz à vélo… A suivre…


 

Eh bien voilà. Ils sont partis de Gabala (ou Qabala, c’est selon…) ce matin à 10h00 sous la neige. Une courte halte dans un petit resto « typique » et frisquet… Arrivée à Oguz vers 15h30.

Je sais pas vous, mais moi, deux choses m’interpellent dans ces images :
– il va falloir graisser les freins des vélos, en prévision de la descente sur Sotchi
– j’adore Betty qui veux nous fait croire que le breuvage rouge dans son verre, c’est du jus de fruit…

Ils ont à peine le temps de se changer, avant d’aller rencontrer leur contact donné par le ministère de l’écologie. Un « sketch » (dixit Eric) qui va durer une heure. Ils réussissent tant bien que mal à pointer sur la carte les postes militaires des frontières (mais il ne me parle pas des limites des parcs nationaux…). Vu les compétences en lecture de carte de leur interlocuteur, le doute subsistera jusqu’à demain, quand ils se confronteront au terrain ….

 

Finalement, le planning initial semble respecté. Malgré tous ces contretemps, et aller-retours non prévus, leur date de départ d’Oguz correspond au calendrier prévisionnel.
Par contre, je ne sais pas si les contraintes des parcs nationaux vont leur permettre de conserver l’itinéraire prévu. A suivre donc…

Voici une tentative de récapitulatif des va et vient des derniers jours (sans figurer Bakou) :

ge-j013

Ci-dessous, une idée de l’itinéraire prévu à l’origine pour les 3 prochains jours. Un peu de vélo encore demain, puis à ski. Au programme : 3 nuits sous tente. La première et la troisième aux alentours de 1300 m, la deuxième vers 3400 m. Puis hébergement dans la bourgade d’Ilisu (1200 m).

ge-j014-j017

Les prévisions météo prévoient des chutes de neige normalement peu importantes pour lundi et mardi.

J’espère avoir un contact avec eux avant leur départ demain. Après, il faudra patienter !